eho_nohantc

 

La part des flammes

Gaëlle Nohant

Editions Héloïse d'Ormesson, 2015

 

Résumé:

Mai 1897. Pendant trois jours, le Tout-Paris se presse rue Jean-Goujon à la plus mondaine des ventes de charité. Les regards convergent vers le comptoir n° 4, tenu par la charismatique duchesse d’Alençon. Au mépris du qu’en-dira-t-on, la princesse de Bavière a accordé le privilège de l’assister à Violaine de Raezal, ravissante veuve à la réputation sulfureuse, et à Constance d’Estingel, qui vient de rompre brutalement ses fiançailles. Dans un monde d’une politesse exquise qui vous assassine sur l’autel des convenances, la bonté de Sophie d’Alençon leur permettra-t-elle d’échapper au scandale ? Mues par un même désir de rédemption, ces trois rebelles verront leurs destins scellés lors de l’incendie du Bazar de la Charité.

Mon avis :

 

Aujourd'hui je vous donne mon avis sur cet ouvrage. Je l'ai beaucoup aimé, il se lit facilement et je l'ai dévoré! J'avoue avoir été transportée au 19ème siècle et par certains côtés, j'ai eu l'impression de me retrouver au Bonheur des dames! Il faut savoir qu'on entre assez rapidemment dans le drame de l'histoire, l'incendie du bazar de la charité et il est vrai que j'en fus surprise! ''Quoi? Déjà? On arrive à l'incendie! Mais de quoi vont parler ces 500 pages alors!''. Rassurez-vous! L'intrigue ne manque pas. Autour de ce drame réel, l'auteur imagine trois vies, celles de trois femmes que tout semble opposer sauf leur expérience tragique de cet incendie. Comment ces femmes survivantes vont se croiser, se cotoyer et parfois devenir amies. Comment elles vont devoir refaire leur vie après l'incendie, les cicatrices psychologiques mais aussi physiques avec lesquelles elles vont devoir vivre toute leur vie. L'auteur ne fait pas qu'imaginer, elle rapporte également dans le récit des témoignages réels, comme les dernières heures de vie de la soeur de Sissi l'impératrice, la duchesse d'Alençon qui fit preuve d'un grand courage devant la mort, mais aussi d'autres femmes et jeunes filles de la bonne société françaises décédées dans cet accident. Le récit tourne autour de la réalité, seule la vie de nos héroïnes est imaginée. J'ai personnellement appris beaucoup de choses sur cet incendie, les polémiques qui suivirent le drame, la construction d'une chapelle sur les lieux de l'entrepos incendié, la détresse des familles pour l'identification des victimes, des hommes accusés de ne pas avoir porté secours aux femmes, mais aussi des hommes héroïques, bravant les flammes... En arrière plan de cette histoire, le petit Paris, celui des pauvres et des malades qui survivaient grâce à l'aide des bonnes oeuvres, comme celle tenue par la duchesse d'Alençon, ce Paris si peu romantique qu'on retrouve peu dans les romans.

Je recommande donc cette histoire aux personnes, qui comme moi, apprécient les faits historiques, la condition des femmes dans l'histoire et un récit original qui se lit simplement. Un bon moment de lecture!