L-arracheuse-de-dents

L'arracheuse de dents/Franz-Olivier Giesbert

Gallimard 2016

 

Résumé :

Sous le plancher de sa maison de famille, un professeur retrouve par hasard les Mémoires inédits de son aïeule Lucile Bradsock, réfugiée en pleine Révolution française chez un célèbre dentiste parisien qui lui a appris le métier.
Sa vie claque comme une épopée. Devenue l’une des premières femmes dentistes de l’Histoire, cette scandaleuse soigne Robespierre aussi bien que le fils du roi, avant de partir en Amérique sur un bateau négrier.
Grâce à ses talents de praticienne et au fil de ses aventures entre les deux continents, Lucile rencontre Louis XVI, Washington, La Fayette ou Napoléon, tous décrits sous un jour inattendu. Prenant fait et cause pour les esclaves du Sud ou les Indiens de l’Ouest, ce Monte-Cristo en jupons cherche toujours à infléchir le cours de l’Histoire sans oublier de redresser les torts et de faire justice elle-même.
Infatigable séductrice, Lucile Bradsock professe un goût immodéré de l’amour et des hommes. Sa devise : «Merci la vie!» Cette odyssée truculente est finalement un hymne à la joie.

Mon avis :

Voilà un livre dont je garde un avis très mitigé. Je pensais me lancer dans un roman où je découvrirais surtout la vie des pionniers, l’Amérique de l’Ouest… Hors en fait il s’agit surtout d’un roman ‘’d’accumulation’’. Notre pauvre héroïne est ballotée d’un continent à un autre, sans cesse en fuite, il lui arrive toutes les péripéties les plus inimaginables. Je me suis demandé à un moment donné, si l’auteur n’avait pas au préalable de sa rédaction, tiré une liste des personnes célèbres de cette époque, des batailles, des guerres, tout ce qu’il y a de plus mémorables afin d’y incruster son héroïne. Car notre demoiselle, non content d’avoir connu la Révolution et ses crimes, d’y avoir participé, d’avoir appris la dentisterie, de s’être fait compter fleurette ouvertement par différents hommes, hors mariage, d’avoir eu des conquêtes féminines, qui en soi auraient pu déjà en faire un roman assez fourni en ‘’matière’’, a également vécu avec les indiens d’Amérique, eu des relations intimes avec Napoléon, soigné Louis XVI et Robespierre, rencontré Jefferson, le président Grant, le ministre Fouché et j’en passe… En tant que lectrice d’ouvrages historiques, je n’aime pas beaucoup ces auteurs qui réinventent l’histoire, qu’on fasse tenir des conversations imaginaires aux grands noms de l’Histoire, parce que je trouve que cela laisse parfois des traces de fausseté dans l’imaginaire collectif! Je dois dire qu’arrivée à la moitié du roman, j’ai presque eu envie d’arrêter. Certes le style est plutôt agréable à lire, les frasques de notre Lucile sont divertissantes mais je commençais à me lasser de ces inventions. Puis je me suis dit qu’après tout, pourquoi ne pas jouer le jeu et admettre que tout cela soit possible. Du reste, en mettant de côté le caractère improbable des rencontres de notre voyageuse intrépide, l’auteur fournit beaucoup de descriptions des évènements historiques, qui eux sont plutôt véridiques, les détails des massacres des Indiens, les massacres vendéens, la guerre de sécession, le caractère de certains révolutionnaires, de Rousseau, des abolitionnistes… Notre personnage est le fil conducteur qui permet de faire le lien entre toutes ces étapes de l’histoire et je me suis surprise moi-même à apprécier le roman et à attendre la fin avec impatience! Je conseillerai donc aux lecteurs de faits historiques de passer leur chemin. En ce qui concerne les personnes ayant un goût prononcé pour les romans d’aventures ? Elles seront servies! Elles n'auront que l'embarras du choix! Notre Lucile a t-elle rêvé sa vie en la racontant? Après tout, ne dit-on pas ''menteuse comme une arracheuse de dents''?